Les monoplaces de F1 les plus chères vendues aux enchères

Les monoplaces de F1 les plus chères vendues aux enchères


Découvrez en images les monoplaces de Formule 1 les plus chères vendues aux enchères, de la Mercedes de Fangio à la McLaren de Hamilton. 


McLaren-Ford MP4/8A (Ayrton Senna, 1993)

Au volant de cette McLaren-Ford au museau bombé, Ayrton Senna a écrit les dernières grandes lignes de sa légende au cours d’une saison 1993 que beaucoup considèrent comme sa plus aboutie en une décennie de Formule 1. Le triple champion du monde brésilien courrut avec ce châssis n°6 lors des Grands Prix du Canada, de France, de Grande-Bretagne, d’Allemagne, de Belgique et d’Italie. Mais c’est bien à Monaco qu’il lui donna ses plus belles lettres de noblesse en triomphant de la Williams d’Alain Prost pour signer son sixième succès-record dans la Principauté. Mise aux enchères par la maison Bonhams, à Monaco en 2018, elle fut acquise pour 3.6 millions de Livres Sterling, l’équivalent de 4.2 millions d’euros.

McLaren-Mercedes MP4-25A (Lewis Hamilton, 2010)

Comme nous vous en faisions la présentation ici, l’ancienne McLaren de Lewis Hamilton a récemment trouvé preneur pour la modique somme de 4,8 millions de Livres Sterling (plus de 5,7 millions d’euros) à la veille du dernier Grand Prix de Grande-Bretagne de Formule 1 à Silverstone, une épreuve remportée par le principal intéressé sur fond de polémique. Première monoplace du septuple champion du monde à être mise aux enchères, cette MP4/25A (châssis n°1) lui a permis de s’imposer dans le Grand Prix de Turquie en 2010.

Ferrari F2002 (Michael Schumacher, 2002)

Voici l’une des monoplaces les plus réussies de l’histoire de la Formule 1. Née des ateliers de Maranello au plus fort de leur domination sur la discipline-reine, cett machine a permis à Ferrari de signer 15 victoires, 11 pole positions et 15 tours rapides en 19 Grands Prix en 2002. Pas besoin de vous faire un dessin sur l’issue d’une saison où la concurrence n’a jamais vu le jour face au duo Schumacher-Barrichello, le « Kaiser » s’octroyant 13 succès à lui seul. Le châssis en question (n°219) se revêt même d’une valeur supplémentaire puisque c’est à son volant que Schumacher a scellé son cinquième titre mondial à Magny-Cours. Son prix ? 6,6 millions de dollars (5,5 millions d’euros) lors d’une vente aux enchères au Grand Prix d’Abou Dhabi 2019 !

Ferrari F2001 (Michael Schumacher, 2001)

Toujours au rayon Ferrari, la prédécesseur de la F2002 a fait mieux en se vendant à 7,5 millions de dollars (6,4 millions d’euros) lors d’une vente aux enchères de RM Sotheby’s à New York en 2017. Ce châssis n°211 a signé plusieurs victoires en 2001 aux mains de Schumacher, notamment la fameuse du Grand Prix de Monaco, puis également en Hongrie. Une partie des bénéfices de la vente a été reversée à la fondation Keep Fighting Michael.

Mercedes-Benz W196R (Juan Manuel Fangio, 1954)

Et la gagnante est… ? On remonte le temps jusqu’en 1954 et l’époque des premières « Flèches d’argent » à évoluer dans le Championnat du monde de Formule 1. La monoplace la plus chère jamais vendue aux enchères n’est autre que la Mercedes W196R pilotée par le « Maestro » en personne, Juan Manuel Fangio. Il s’agit du châssis n°6, que l’Argentin a mené à la victoire aux Grands Prix d’Allemagne et de Suisse, acquis pour… 29, 6 millions de dollars (25, 2 millions d’euros) au Festival of Speed de Goodwood 2013 !

Découvrez les monoplaces de F1 les plus chères admises aux enchères dans notre diaporama ci-dessus. 

Source : Formula 1.com

A lire aussi :

Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *