Acheter une Renault ZOE d’occasion : notre avis avec nos mesures

Acheter une Renault ZOE d’occasion : notre avis avec nos mesures


Moins de 5 000 €, c’est le tarif d’appel pour une Zoe d’occasion. Avouez qu’il y a de quoi être tenté… Mais attention, une voiture électrique ne s’achète pas comme son homologue thermique, et il convient de s’assurer qu’elle correspond bien à l’usage que l’on veut en faire. C’est d’autant plus vrai avec la petite Renault car il n’y a pas une Zoe, mais plusieurs.

Différentes versions, différents usages

Il est vrai qu’en huit ans de commercialisation, la citadine électrique de Renault a eu tout le loisir d’évoluer, et qu’entre la première version affichant une grosse centaine de kilomètres d’autonomie et la dernière mouture, capable d’atteindre quasiment 400 km en ville sans recharge, il y a un monde, que la carrosserie, presque inchangée, ne laisse imaginer.

Renault Zoe Dates de commercialisation Autonomie ville Autonomie route Autonomie autoroute Conso. moyenne*
Renault ZoeQ210/R240 Dates de commercialisation03/2013 à 12/2016 Autonomie ville192 km Autonomie route132 km Autonomie autoroute80 km Conso. moyenne*22,5 kWh
Renault ZoeR90/R110 ZE 40 Dates de commercialisation01/2017 à 10/2019 Autonomie ville266 km  Autonomie route206 km Autonomie autoroute135 km Conso. moyenne*25,2 kWh
Renault ZoeR110 ZE 50 Dates de commercialisationDepuis 10/2019 Autonomie ville395 km Autonomie route280 km Autonomie autoroute220 km Conso. moyenne*21,9 kWh
Renault ZoeR135 ZE 50 Dates de commercialisationDepuis 10/2019 Autonomie ville365 km Autonomie route280 km Autonomie autoroute210 km Conso. moyenne*23,5 kWh

(*) en kWh/100 km

  • Au commencement étaient les Zoe R210 (95 kW/88 ch avec batterie de 22 kWh) puis son évolution 240 (à partir de février 2015), de même puissance, mais avec une batterie de 23,3 kWh. Nos chiffres de mesures sous certificat ISO 9001 faisaient état, alors, d’une autonomie oscillant entre 80 km (autoroute) et 192 km (ville).
  • La version R110, apparue en octobre 2019 et forte d’une batterie de 52 kWh, autorise, elle, 280 km sur autoroute et jusqu’à 395 km en ville, soit un rayon d’action triplé sur le cycle urbain et multiplié par 1,5 sur voie express. Peut-on raisonnablement dire qu’il s’agit de la même voiture ? Le tableau ci-contre, recensant nos mesures ISO 9001 de toutes les versions de Zoe, vous permet d’y voir plus clair et d’envisager celle qui conviendra le mieux à votre utilisation.

Une fiabilité moyenne mais des batteries durables

Quand on parle de voiture d’occasion, la fiabilité reste l’une des préoccupations principales. Concernant la Zoe, on aurait pu s’attendre à mieux, la voiture électrique dans son ensemble étant présentée comme plus simple, donc moins sujette à la panne. Mais c’est un peu vite oublier que l’électronique joue ici un rôle déterminant.

De plus, certains moteurs ont dû être remplacés sur la Zoe Q90 (charge impossible), et les R90 et R110 ont connu leur lot de défaillances telles que des pertes de traction aléatoires ou totales, des démarrages impossibles, des passages en mode dégradé ou des charges ne se faisant pas, avec, pour conséquences, des reprogrammations ou des remplacements de modules onduleurs, voire de moteur. Concernant les trains roulants, la Zoe a connu des désagréments comme des claquements et bruits venant des amortisseurs ou de biellettes dont la fixation n’avait pas été serrée au bon couple. Les équipements de confort ont également connu leur lot d’aléas (climatisation et chauffage, R-Link…).

Bref, la Zoe n’affiche pas une fiabilité au-dessus de la moyenne et sa fabrication un peu légère entraîne quelques rossignols d’autant plus audibles que la propulsion est silencieuse.

En revanche, il convient de signifier la bonne tenue des batteries, aussi bien dans le temps qu’en cycles de charge/décharge, et de saluer la bonne volonté de Renault concernant la prise en charge des dysfonctionnements de sa citadine électrique.

Combien ça coûte ?

Deuxième point crucial, le budget. Les premiers prix s’établissent à un peu moins de 5 000 € pour une Zoe de 2013 ou 2014, c’est-à-dire de première génération, affichant entre 75 et 85 000 km. Pour un exemplaire de choix offrant une autonomie intéressante (depuis mi-2017 avec la batterie de 41 kWh), les tarifs débutent à 7 500 € et, pour un cœur de gamme, aux alentours de 9 000 €. Enfin, pour la version ultime (R135, depuis 2019), 15 000 € sont un minimum.

Mais ne vous arrêtez pas au prix facial car tous les exemplaires d’avant avril 2018 imposent la location de la batterie, qu’il va vous falloir assumer en plus du prix payé, l’achat de cette dernière étant proposé uniquement à partir de cette date. Cette formule est devenue la seule proposition depuis début 2021. Avantage de la location : la batterie est systématiquement changée en cas de capacité de charge inférieure à 75 % du maximum (pour une batterie achetée, la garantie est de 8 ans ou 160 000 km ou 66 % de charge). Inconvénients : un loyer mensuel de 74 à 124 € et l’obligation d’assurer la batterie auprès de son assureur. à prendre en compte. Être propriétaire de la batterie vous soulage de cet extra qui, vu sa bonne tenue dans le temps, n’apporte pas grand-chose en tranquillité d’esprit en cas de location. Mais c’est au prix d’un tarif de la voiture réévalué (le pack d’accumulateur est facturé 8 900 € en neuf).

Sachez, enfin, que la Zoe, à l’instar des autres voitures électriques, souffre d’une double décote : celle de l’auto et celle de la batterie. Enfin, Renault propose une formule de location longue durée de Zoe apportant une certaine sérénité (entretien, assistance…), mais obligatoirement associée à la location des batteries et dont l’intérêt financier est discutable.

Restent les aides gouvernementales possibles : jusqu’à 5 000 € de prime à la conversion et un bonus écologique de 1 000 €. S’ajoutent à cela d’éventuelles aides locales, en particulier dans les métropoles ayant mis en place des ZFE-m.

En conclusion

L’achat d’une Zoe d’occasion se justifie pleinement, surtout lorsqu’il est possible de bénéficier de la prime à la conversion. En revanche, il convient de choisir la bonne version en fonction de ses besoins (autonomie) et de ses possibilités de branchement pour la recharge. Car, plus encore que pour une voiture thermique, se tromper dans son choix se paie cash.



Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *