Grand Prix d'Italie 2022 - Libres 1 : Charles Leclerc et Carlos Sainz (Ferrari) font plaisir aux tifosi - Automag.fr

Grand Prix d’Italie 2022 – Libres 1 : Charles Leclerc et Carlos Sainz (Ferrari) font plaisir aux tifosi

Le décor se met en place plus tôt que prévu à Monza. Charles Leclerc (Ferrari) a réalisé le meilleur temps des essais libres 1, en roulant en 1’22″410 à la 29e des 60 minutes de tests, vendredi sur l’Autodrome de Monza, et il a raison de penser qu’il est le mieux placé pour la suite de ce Grand Prix d’Italie commémoratif des 75 ans de la Scuderia et des cent ans du « temple de la vitesse ».

En effet, plusieurs de ses plus sérieux rivaux ont écopé officiellement ce vendredi de pénalités techniques sur la grille qui ont d’ores et déjà réduit les chances de d’imposer, dimanche. On pense notamment à son coéquipier Carlos Sainz, deuxième à 0″077, et rejeté en fond de grille suite au remplacement de son unité de puissance, tout comme Lewis Hamilton (Mercedes), quatrième à 0″421, pour les mêmes raisons.

Grand Prix d’Italie

Malchance ou incompétence ? Mythe ou réalité ? La vérité sur le Ferrari bashing

IL Y A 15 HEURES

Ferrari et le fiasco de ses voitures commémoratives

Mais pour ce qui est du n°1 mondial Max Verstappen (Red Bull), lancé presque irrésistiblement vers son deuxième titre puisqu’il possède 109 points d’avance sur le pilote de la Principauté, c’est un peu différent. Le Néerlandais, quatrième à 0″430, a perdu cinq positions sur la grille de départ pour l’installation d’un cinquième V6 neuf hors quotas (trois autorisés dans l’année) et on le sait capable de remonter de loin, comme en Hongrie ou en Belgique, pour s’imposer.

Verstappen implacable : c’est le « Schumacher 2.0 »

Pour trouver le premier véritable concurrent du Charles Leclerc, il faut donc regarder sur la troisième ligne de la feuille des temps, où figure George Russell. Chronométré à 0″279 de la SF 75 n°16 dont le capot moteur a été repeint en jaune, la couleur de Modène, ville où Enzo Ferrari avait installé ses ateliers autrefois, l’Anglais a bien démarré son week-end, et prouvé qu’on pouvait déjà compter sur lui en « l’absence » de Lewis Hamilton, qui a brutalisé son V6 en commettant une faute dans le premier tour du Grand Prix de Belgique.

Et puis, qui sait ? Alpine est déjà dans le coup avec Esteban Ocon et Fernando Alonso. Certes, le Français et l’Espagnol, sont un peu loin, sixième et septième à respectivement 0″665 et 0″689, mais le travail de mise au point ne fait que commencer, et l’écurie française, qui cherche toujours son deuxième pilote 2023, est la seule à avoir marqué avec ses deux voitures lors des cinq dernières courses.

Grand Prix des Pays-Bas

Bonus-malus : Verstappen accélère encore, Hamilton dérape, Ferrari consterne

04/09/2022 À 22:31

Grand Prix des Pays-Bas

Muette sur le fiasco au stand, Ferrari reconnaît que « quelque chose ne va pas »

04/09/2022 À 20:42

Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *