les motards s’opposent au nouveau rapport du CNSR

les motards s’opposent au nouveau rapport du CNSR

25 février 2021

Le Conseil National de la Sécurité Routière (CNSR) a récemment publié un document « deux-roues : vers un usage adapté à leur vulnérabilité ». Ce rapport présente 28 recommandations, qui n’ont pas convaincu les associations de motards qui ont manifesté samedi pour montrer leur mécontentement. Que comporte ce rapport ? Pourquoi les associations de motards sont-elles opposées ?

Une recommandation qui fait polémique

Parmi les 28 recommandations du rapport, une d’entre elles a été vivement mal appréciée par les motards. Les experts du CNSR souhaitent que les assureurs puissent avoir « la possibilité réglementaire et technique d’établir un contrat de sécurité sur la base d’un suivi de la conduite et des vitesses pratiquées ».

Cette recommandation conduit à l’installation d’un système de contrôle en continu de la vitesse du deux-roues. En contrepartie, une baisse significative de la prime d’assurance pourra être appliquée.

Selon le site Passion Moto Sécurité, il s’agit d’une autorisation aux assurances « d’implanter des mouchards dans les motos, en échange d’une réduction de prime d’assurance pour l’assuré ».

Une fiscalité identique pour les différentes catégories de deux-roues

Le rapport propose également un système de fiscalité variable selon la puissance des deux-roues comme en Belgique.

Ainsi, plus la moto est puissante, plus la taxe de mise en circulation (TMC) sera élevée.

Cette proposition pose également problème aux associations de motards qui estiment que le problème ne vient pas de la moto, mais plutôt de l’usage qui est fait du véhicule.

Selon Passion Moto Sécurité « plutôt que de chercher à modifier le comportement fautif, on va l’empêcher d’accéder à ce type de véhicules ».

La Fédération française des motards en colère et la Fédération française de motocyclisme considèrent que le rapport est à charge. Selon les associations, les recommandations devraient se focaliser sur la formation avec une sensibilisation des automobilistes aux deux-roues, et sur une amélioration de l’infrastructure des routes.

Manifestations de motards partout en France

Des milliers de motards se sont rassemblés pour manifester leur mécontentement face à ce rapport qui a été envoyé au Gouvernement.

Par ailleurs, cette manifestation concernait également la fin de l’expérimentation de la circulation inter-files.
Les motards estiment que l’interdiction de cette pratique ne donne plus d’avantage à la conduite à moto.

À noter que la circulation inter-files est considérée comme un dépassement par la droite. Elle est donc passible d’une amende de 135 euros et de la perte de 3 points sur le permis de conduire.

Augmentation des accidents à moto

Selon les chiffres de la mortalité routière en 2019, près d’un tué sur quatre est un motard. Sur les 3 498 tués en France, en 2019, 820 étaient des deux-roues.

Soit 23,4 % de la mortalité routière alors qu’ils ne représentent que 2 % du trafic. En France, le risque de perdre la vie sur la route est 22 fois plus élevé pour les deux-roues.

Les chiffres ne s’arrangent pas malgré le contexte de crise sanitaire lié au Covid-19 et le couvre-feu national à 18h. En janvier 2021, la mortalité routière a connu une baisse de 35 % pour l’ensemble des usagers par rapport à janvier 2020. Seulement, la mortalité des motocyclistes est en hausse avec 29 tués soit 8 de plus qu’en janvier 2020.

Le rapport comporte également des recommandations concernant l’équipement à moto ou encore sur la formation en moto-école. Des points importants pour plus de sécurité sur la route pour les deux-roues.



Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *