Les peintures sont testes l'aide d'excrments d'oiseaux artificiels - Automag.fr

Les peintures sont testes l’aide d’excrments d’oiseaux artificiels

Si le fait d’être touché par une crotte d’oiseau peut être un signe de bonne chance dans de nombreux pays, l’atterrissage d’une déjection d’oiseau sur votre voiture peut avoir des conséquences plus ennuyeuses pour votre peinture.

Composée d’urines (la partie blanche est l’acide uréique) et de matières fécales (les parties brunes ou noires), la fiente d’oiseau est nocive pour la peinture.

L’acidité des  excréments des oiseaux d’Europe pousse la protection contre la corrosion de la peinture à ses limites.

Au bout de quelques jours de fortes chaleurs, les dégâts sur la peinture sont importants.

Le printemps et l’été peuvent être particulièrement nocifs pour la peinture car il y a plus d’oiseaux dans les environs et la peinture peut se ramollir et se dilater sous l’effet d’un soleil intense.

Lorsque la peinture refroidit, elle se contracte et toute saleté, dont les déjections d’oiseaux, se fixe à la surface.

Le « test du caca d’oiseau » est une des épreuves auxquelles sont soumis les échantillons de peinture de carrosserie automobile.

Les véhicules Ford sont testés à l’aide d’excréments d’oiseaux artificiels.

Les fientes synthétiques développées en laboratoire par Ford sont si réalistes qu’elles peuvent refléter avec précision les différents régimes alimentaires (et donc l’acidité des excréments) de la plupart des oiseaux d’Europe.

Appliquées aux panneaux d’essai sous forme de spray, les pièces échantillons sont chauffées à 40°C, 50°C et 60°C dans un four pour reproduire les cas de chaleurs extrêmes, poussant la protection contre la corrosion de la peinture à ses limites.

Le « test du caca d’oiseau » n’est qu’une des épreuves auxquelles sont soumis les échantillons de peinture.

Les spécialistes Ford pulvérisent également de l’acide phosphorique mélangé à du savon détergent, et du pollen synthétique sur les panneaux avant de les faire vieillir dans des fours à 60°C et 80°C pendant 30 minutes.

Le test protège contre les particules qui circulent dans l’air, comme le pollen ou la sève d’arbre, particulièrement collante.

En peaufinant les pigments, les résines et les additifs qui entrent dans la composition du lustrage d’un véhicule, les spécialistes renforcent le revêtement que Ford applique sur ses véhicules afin qu’ils résistent à l’impact des fientes d’oiseaux et des les particules qui circulent dans l’air, quel que soit le temps.

Les échantillons de peinture sont également soumis à d’autres tests:

– le bombardement ininterrompu de rayons ultraviolets pendant 6 000 heures (250 jours) dans un laboratoire d’éclairage, qui simule l’équivalent de 5 années dans l’endroit le plus lumineux du monde, permet d’évaluer l’altération atmosphérique extérieure.

– le gel à des températures inférieures à zéro.

– l’exposition à la saleté des routes en hiver dans une chambre à sel à forte humidité.

– la simulation de taches de carburant dues à un sur-remplissage du réservoir de carburant.

Source: Ford

Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *