Ivre, il pousse sa voiture en dirigeant le volant - Automag.fr

Ivre, il pousse sa voiture en dirigeant le volant

Interpellé par la police, cet individu avait la moitié de son corps hors de sa voiture et dirigeait le volant.

La scène peut prêter à sourire mais elle est devenue problématique pour les forces de l’ordre. Un homme conduisait sa voiture en passant le bras par la fenêtre, en état d’ivresse. En poussant son véhicule pour le déplacer, il ne risquait pas de prendre une amende. Du moins, c’est ce qu’il pensait lorsqu’il a croisé les policiers.

Le moteur de sa voiture éteint

Ce qu’il ne savait pas, c’est que cela allait lui poser bien des problèmes. Même si Juan avait décidé de ne pas démarrer le moteur, il lui était interdit de déplacer sa voiture dans un tel état selon les policiers. Ils sont alors intervenus afin de lui faire passer un alcootest. Au moment de son interpellation, il avait la moitié de son corps à l’intérieur de la voiture. Les faits se sont déroulés à Rivas (Madrid) il y a un an et le procès en appel vient d’avoir lieu.

À lire aussi :

Il confond la pédale de frein et l’accélérateur et détruit une terrasse !

Ivre en garde à vue pour refus d’obtempérer, il affirme : « Je n’avais pas entendu les policiers »

Ivre et à l’arrêt au volant de sa voiture, il se fait condamner

Annulation de la peine de prison

En parlant à Juan, les policiers se sont rendus compte qu’il sentait l’alcool et qu’il bégayait. Après avoir passé un alcootest, il a été convoqué au Tribunal. Celui-ci l’a condamné à 7 mois de prison. Cependant, le prévenu a fait appel et a obtenu gain de cause. En effet, selon la justice « Pousser la voiture n’est pas conduire. » La Cour d’appel a considéré que même si Juan avait mis en danger la sécurité routière, il n’avait pas conduit car le moteur était éteint. Sa peine de prison a donc été annulée.

Même s’il n’est pas passé par la case prison, « le comportement de Juan Equis n’est certainement pas le plus approprié », selon le Procureur. Les magistrats ont déclaré : « La disposition pénale décrit des comportements typiques tels que la conduite d’un véhicule automobile, c’est-à-dire en traction motrice, propulsée par une force mécanique. Et cela ne se produit pas lorsque, comme c’est le cas dans le cas examiné, le véhicule est éteint et se déplace sans le moteur allumé ».

En effet, on ne peut pas l’accuser d’avoir conduit en état d’ivresse, car il ne faisait que diriger le volant depuis l’extérieur. Avec 1 gramme d’alcool dans le sang tout de même…



Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *