Toyota annonce l’arrivée du grand SUV sept-places Highlander en Europe

Toyota annonce l’arrivée du grand SUV sept-places Highlander en Europe


Après la berline Camry, une deuxième Toyota plutôt pensée pour les Etats-Unis va faire une arrivée surprise en Europe : le grand SUV Highlander. Seulement disponible en hybride, il aidera à compenser la disparition du monospace Prius+.

Présent dans le monde entier, Toyota propose des gammes très différentes d’un continent à l’autre. Une nécessité pour s’adapter aux goûts des acheteurs, parfois très variables. Avec ses 4,95 m de long, l’Highlander est ainsi clairement pensé avant tout pour des marchés comme l’Amérique du Nord. Mais contre toute attente, la marque japonaise a décidé d’importer la quatrième génération de ce grand SUV en Europe, à partir de début 2021. Un moyen de compenser la disparition récente du monospace Prius+, puisque cette vraie-fausse nouveauté sera seulement proposée en version sept-places, et d’épauler par la même occasion une autre américaine d’adoption, la berline Camry, auprès des chauffeurs de taxi et des familles.

Un coffre géant

Si le gabarit pourra faire fuir la clientèle citadine, il permet en contrepartie d’offrir un coffre hors normes, d’autant que la poupe privilégie clairement le volume au style. D’après la marque, la capacité pourra ainsi varier de 658 à 1909 dm3, malgré la présence d’un moteur électrique à l’arrière pour offrir une transmission intégrale. Une ouverture électrique mains libres du gigantesque hayon figure également au programme, tandis que la rangée de sièges centrale peut coulisser sur 180 mm. Quant aux passagers avant, ils profitent d’un grand écran tactile 12,3 pouces en position centrale, d’un affichage tête haute, d’un chargeur par induction ou encore de sièges ventilés.

Technologie hybride éprouvée

La stratégie de Toyota évoque donc un peu celle de Ford, qui importe son Explorer depuis peu. Mais alors que la marque américaine mise sur l’hybride rechargeable, le constructeur japonais préfère, lui, toujours parier sur sa technologie hybride « sans prise », accompagnée de sa controversée transmission type CVT. Comme le nippon se contente également d’un quatre-cylindres 2.5, partagé avec le RAV4, il devra se contenter d’une puissance cumulée de 244 ch, là où le V6 3.0 de son rival éloigné permet d’atteindre 450 ch.

Un malus de 230 €

Autre conséquence de cette divergence technologique, les émissions de CO2 s’élèvent officiellement à 146 g/km, au lieu de 78 g/km pour l’Explorer, favorisé par un cycle d’homologation très discutable. Ce chiffre reste néanmoins suffisant pour limiter le malus à 230 € et à l’usage, l’Highlander risque bien de se montrer plus sobre que son rival dans la majorité des cas de figure. Tout cela en affichant vraisemblablement des prix beaucoup plus bas, même s’il faudra attendre encore quelques mois pour en avoir le coeur net.

 

 

Publié le 11/05/2020 Mis à jour le 11/05/2020

Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *