WRC : l’Italie a la nostalgie du rallye – Rallye – WRC

WRC : l’Italie a la nostalgie du rallye – Rallye – WRC


À cause du coronavirus, le WRC ne fait pas sa halte habituelle en Italie ce week-end puisque le Rallye de Sardaigne a été reporté. En attendant de savoir si l’épreuve peut être reprogrammée plus tard dans la saison afin de compléter le calendrier d’un Championnat du monde des rallyes au point mort depuis mars, petit tour d’horizon nostalgique sur les liens entre l’Italie et la discipline.

Un territoire, deux rallyes

Sébastien Loeb a remporté le SanRemo en 2003, avant de s’imposer quatre fois en Sardaigne. (Pascal Huit/Presse Sports)

C’est dans l’arrière-pays de SanRemo, en Ligurie, que la page italienne du Championnat du monde a commencé à s’écrire à partir de 1973. Le Rallye SanRemo a longtemps été une épreuve mixte terre/asphalte. Ce n’est qu’en 1997, lorsque le WRC a basculé dans sa version moderne avec des parcours plus concentrés, que la course est passée sur un parcours tout asphalte.

Victime de son succès et face aux difficultés à gérer l’afflux de nombreux spectateurs, le SanRemo a fini par perdre sa place au calendrier mondial et depuis 2004 c’est la Sardaigne qui accueille la manche italienne du WRC. Sur terre exclusivement. Les pilotes français ont plutôt réussi au SanRemo (3 victoires pour Auriol et Panizzi, 1 pour Andruet, Mouton, Loeb et Thérier) comme en Sardaigne (4 succès pour Loeb, 3 pour Ogier).

Les mythes Lancia et Fiat

Lancia est la marque la plus titrée en rallye, avec dix titres constructeurs. (Pascal Huit/Presse Sports)

Avec dix titres constructeurs (1974, 1975, 1976, 1983, 1987 à 1992) Lancia est l’équipe la plus titrée en Championnat du monde des rallyes, devant Citroën et ses huit couronnes. Ses modèles mythiques, Stratos, 037 et Delta Integrale ont marqué l’histoire du Championnat du monde à travers les époques et les réglementations.

De son côté, Fiat a régné sur le Championnat en 1977, 1978 et 1980 avec sa 131 Abarth. Du côté des titres pilotes, Juha Kankkunen (1987 et 1991) et Miki Biasion (1988 et 1989) ont été champions au volant d’une Lancia. Walter Rohrl a lui décroché le premier de ses deux titres mondiaux avec une Fiat, en 1980.

Biasion, le porte-drapeau

Biasion est le seul Italien champion du monde des rallyes. (J.-C. Biville/L’Équipe)

Huit pilotes transalpins se sont imposés en Mondial, pour un total de 30 victoires qui font de l’Italie la cinquième nation dans le palmarès, très loin derrière la France (194) et la Finlande (179). Andrea Aghini, Fulvio Bacchelli, Gianfranco Cunico, Antonio Fassina, Piero Liatti et Raffaele Pinto comptent une seule victoire, Sandro Munari sept (toutes avec la Lancia Stratos HF) alors que Massimo Biasion s’est imposé à dix-sept reprises entre 1986 et 1993. Après avoir fait l’essentiel de sa carrière chez Lancia, c’est avec Ford que ce dernier, seul (double) champion du monde italien, a signé son ultime succès, à l’occasion du Rallye Acropole 1993

Quant à Munari, il a remporté la Coupe du monde des pilotes en 1977, mais c’était avant l’instauration du label « Championnat du monde » (1979).

Pas de victoire depuis 1997

S’il n’est jamais parvenu à s’imposer, Alessandro Fiorio a décroché dix podiums en cinquante-quatre départs en WRC et s’est classé vice-champion du monde en 1989, derrière Biasion. Monté à six reprises sur le podium, Attilio Bettega s’est tué dans une sortie de route au Tour de Corse 1985 au volant de la Lancia 037 Rally Groupe B.

La dernière victoire d’un Italien en WRC est celle de Piero Liatti au Monte-Carlo 1997 avec Subaru, devant Carlos Sainz et Tommi Mäkinen. C’est Gigi Galli qui a apporté à l’Italie son dernier podium, à l’occasion du Rallye de Suède 2008. Depuis, sans les soutiens des constructeurs italiens, la relève a du mal à percer. En 60 départs en Championnat du monde, le pilote amateur Lorenzo Bertelli, héritier de l’empire Prada, a signé une huitième place comme meilleur résultat. Sa dernière apparition remonte au Rallye du Chili 2019, où il s’est classé 13e au volant d’une Ford Fiesta WRC. Au Tour de Corse 2019, Fabio Andolfi a remporté la catégorie WRC2, l’antichambre du WRC.

Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *