Mazda a déposé les brevets d'une future sportive ! - Automag.fr

Mazda a déposé les brevets d’une future sportive !

Mazda a déposé les brevets d’une future sportive !

Mazda a publié au Japon et en Europe des brevets d’un véhicule 2 places à l’allure sportive. Une future traduction en série du concept RX-Vision de 2015 ?

Les membres d’un blog japonais ont remarqué que Mazda a publié presque simultanément à l’Office européen des brevets ainsi qu’à son équivalent au Japon des brevets d’un véhicule sportif 2 places à l’allure sportive. Se pourrait-il que Mazda traduise enfin en série le spectaculaire concept RX-Vision, présenté au Salon de l’automobile de Tokyo en 2015 ? C’est possible et on vous explique pourquoi.

Des rumeurs qui ne datent pas d’hier

Déjà, en juin dernier, la marque d’Hiroshima avait publié un précédent brevet au Japon qui avait beaucoup fait parler de lui. Il s’agissait d’un logo « R » blanc placé sur un fond gris et rouge. La forme de la lettre « R » n’était pas sans rappeler le logo Spirit R, série spéciale sortie sur les RX-7 et FD3S et RX-8. Nouveau coupé ? Version sportive qui pourrait être déclinée sur un voire plusieurs modèles ? Difficile à dire mais cette manœuvre du constructeur nippon n’était pas passée inaperçue.

Les nouveaux documents publiés ces derniers jours vont alimenter les spéculations à nouveau. Il faut dire que, cette fois-ci, un véhicule 2 places à la ligne évocatrice apparaît clairement sur les schémas. Les illustrations ne sont pas exactement les mêmes sur les formulaires européens et japonais. Mais c’est bien la même technologie qui est évoquée dans les deux cas (nous allons y revenir). Sur la version japonaise, la silhouette du véhicule évoque clairement celle du RX-Vision (voir photos ci-dessous).

Vue de profil du concept RX-Vision (2015). © Mazda

Moteur rotatif et hybridation

Sous le long capot de cette étude de style se cachait un moteur rotatif, sur laquelle la marque était peu bavarde à l’époque. Or, c’est précisément un tel moteur (tri-rotor, pour être précis) associé à trois autres électriques qui est breveté aujourd’hui. Nous avons parcouru les différents documents soumis à l’Office européen des brevets pour essayer de mieux comprendre la technologie que souhaite protéger Mazda. Outre l’utilisation d’un moteur à pistons rotatifs, peu banale et que le constructeur continue à défendre pour son absence de vibrations, sa compacité et son poids (la cylindrée n’est pas précisée), l’hybridation, elle non plus, n’est pas banale.

Plutôt que de faire appel à une batterie 48V, Mazda a préféré associer 4 batteries de 12V avec un supercondensateur qui apporte un coup de boost très utile dans les phases d’accélération et qui récupère de l’énergie au freinage ou lorsque l’une des 4 batteries est plus chargée que les autres. De base, ce modèle est une propulsion, les roues arrière sont entraînées par un moteur électrique de 25 kW (33 ch) placé au niveau de l’essieu arrière. Mais une option transmission intégrale est possible. Dans ce cas de figure, un petit moteur électrique de 17 kW (23 ch) de puissance est associé à chacune des roues avant. Reste à savoir si ces brevets vont aboutir à un modèle de série. Croisons les doigts !

Sur ce schéma, on voit qu'un petit moteur électrique est associé à chacune des roues avant. Les roues arrière sont entraînées par un 3ème moteur électrique placé derrière la transmission sur l'essieu arrière.
Sur ce schéma, on voit qu’un petit moteur électrique est associé à chacune des roues avant. Les roues arrière sont entraînées par un 3ème moteur électrique placé derrière la transmission sur l’essieu arrière.© Office européen des brevets

Publié le 12/01/2022 Mis à jour le 12/01/2022 Hugo Dupont avec Christophe Congrega



Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *