Quelle voiture routière choisir entre la 508, l’Audi A4, la Giulia et la Skoda Octavia ?

Quelle voiture routière choisir entre la 508, l’Audi A4, la Giulia et la Skoda Octavia ?

Chez les routières à peu près abordables, les concurrentes ne sont plus si nombreuses, toutes évincées par les SUV. Pourtant, les Peugeot 508, Audi A4, Alfa Giulia et la Skoda Octavia ne manquent ni de polyvalence, ni d’arguments. On vous aide à choisir.

1. La Peugeot 508 : dès 35 300 €

On le sait depuis les débuts de la seconde génération, la 508 sacrifie un peu d’espace aux places arrière sur l’autel du look. Mais pour qi cherche une routière « stylée », la Lionne a de sacré arguments. Et si le style de l’habitacle impressionne, les prestations routières ne sont pas en reste avec un compromis confort/comportement plus que satisfaisant. Qui plus est pas besoin de viser une motorisation puissante pour profiter des qualités de ce véhicule. Mais la nouvelle version sportive PSE (en photo), et ses 360 ch, est séduisante, performante, efficace, bref, met en avant les belles dispositions routières de la berline de la marque au Lion. En revanche, la gamme des moteurs est restreinte.

La Peugeot Sport 508© Alex Krassovsky

Les atouts de la Peugeot 508

  • Comportement de qualité
  • Style et présentation soignés
  • Moteurs réussis

Les faiblesses de la Peugeot 508

  • Habitabilité juste et accès aux places arrière
  • Confort parfois ferme à basses vitesses
  • Mauvaise visibilité

2. L’Audi A4 : Dès 33 840 €

Au-delà de sa présentation soignée, l’A4 propose l’un des meilleurs compromis entre plaisir de conduite et confort. Pour qui en a les moyens et attend des performances encore supérieures sur la route, on préférera toutefois nettement les versions quattro, au châssis plus aiguisé. Dans la large gamme de moteurs, les gros rouleurs privilégieront le label TDI. En essence, les moteurs n’ont droit qu’à de l’hybride léger mais impossible de brancher l’allemande sur prise. En revanche, elle compense par de pétillantes versions S4 qui, malgré la conversion au « mazout », offrent des prestations routières de haute volée.

L'Audi A4
L’Audi A4© Audi

Les atouts de l’Audi A4

  • Compromis confort/comportement
  • Finition irréprochable
  • Ergonomie améliorée avec le restylage

Les faiblesses de l’Audi A4

  • Les prix toujours élevés
  • Options coûteuses
  • Aspects pratiques peu développés

3. L’Alfa Romeo Giulia : Dès 37 200 €

Retouchée il y a peu à l’intérieur, la Giulia mise autant sur sa plastique que sur ses qualités routières, même si l’amortissement piloté, trop souple, ne nous a pas convaincus. Elle profite toutefois de bons moteurs essence, dont le 2.0 de 200 ch (dès 40 900 € avec la boîte auto. à 8 rapports). Mais il faut s’habituer à la direction, très incisive. La plus grosse concession est sans doute l’habitabilité. D’autant que l’italienne n’offre pas la possibilité de se décliner en break, contrairement à toutes ses adversaires ici citées. L’Alfa reste toutefois plus originale et attachante que les autres berlines.

L'Alfa Romeo Giulia
L’Alfa Romeo Giulia© Alex Krassovsky

Les atouts de l’Alfa Romeo Giulia

  • Look toujours aussi racé
  • Qualités dynamiques
  • Finition en progrès

Les faiblesses de l’Alfa Romeo Giulia

  • Habitabilité plutôt moyenne
  • Direction trop incisive
  • Prix élevés

4. La Skoda Octavia : Dès 22 640 €

L’Octavia a toujours soigné son rapport prix/prestations et cette nouvelle génération ne déroge pas à la règle. Plus habitable que sa devancière, déjà très accueillante, c’est une berline, certes placide, mais accueillante – une voyageuse au long cours grâce à un très bon confort. Sa présentation, de qualité, et n’a presque rien à envier à celle d’une Volkswagen. Essence, diesel, hybride léger ou hybride rechargeable, transmission intégrale ou non, il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. A ceux qui cherchent avant tout beaucoup de capacité d’emport, le break Combi saura vous combler.

La Skoda Octavia
La Skoda Octavia© Skoda

Les atouts de la Skoda Octavia

  • Rapport prix/prestations
  • Habitabilité
  • Présentation sérieuse

Les faiblesses de la Skoda Octavia

  • Châssis peu dynamique
  • Ergonomie peu intuitive

Publié le Mis à jour le par La rédaction



Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *