Peugeot 3008 ou Citroën C5 Aircross Hybrid : lequel choisir ?

Peugeot 3008 ou Citroën C5 Aircross Hybrid : lequel choisir ?

Des ingrédients communs

Appartenir à un groupe, cela permet de partager et mettre ses forces en commun. Dans l’industrie automobile, cela permet aussi de réaliser de substantielles économies d’échelle. Ainsi, à l’instar d’innombrables voitures du groupe Volkswagen qui cachent sous des logos et des atours différents les mêmes solutions techniques, les Citroën C5 Aircross et Peugeot 3008 font aussi cause commune à commencer par l’emploi de la même plateforme baptisée EMP2. Evidemment, moteurs essence comme diesel, transmissions mécaniques ou automatiques (fournies par l’équipementier Aisin) et bien d’autres choses encore sont identiques.

Et, c’est logique, ces deux cousins exploitent aussi la même chaîne de traction hybride rechargeable. En l’occurrence, il s’agit du mariage d’un quatre cylindres 1.6 turbo essence de 180 ch et d’un moteur électrique placé en entrée de boîte développant 110 ch. Le tout permet de disposer d’une puissance cumulée de 225 ch et 360 Nm de couple. Surtout, grâce à une batterie lithium-ion d’une capacité de 13,2 kWh de capacité, ces deux SUV peuvent assurer, grâce à une autonomie de plusieurs dizaines de kilomètres, les trajets du quotidien en tout électrique et donc sans consommer le moindre litre de carburant. Bref, sur le papier, ces deux français ont tout pour plaire. Mais qu’est-ce qui les différencie et tiennent-ils toutes leurs promesses à l’usage ?

Une cuisine différente à bord

Lancé il y a quatre ans déjà, le 3008 n’a pas pris une ride. Et cette sensation de fraîcheur n’a rien à voir avec son très récent restylage qui l’a conduit à revoir l’intégralité de son museau et ses feux arrière. Son côté « encore dans le coup », le SUV du lion le doit évidemment à sa planche de bord. Toujours aussi spectaculaire avec un design à la fois épuré et élégant, habillé de matériaux valorisants, cet i-cockpit demeure son atout n°1, le petit truc en plus que les autres n’ont pas et qui peut, à lui seul, provoquer l’achat coup de cœur. Peugeot en est parfaitement conscient et s’est donc contenté de ne revoir ce poste de conduite que dans le détail. Au-dessus du mini-volant l’écran compteur présente une meilleure définition et placée au centre, la dalle centrale tactile multimédia taille plus grand (10 pouces contre 8 sur les versions haut de gamme).

Alors que le Citroën reste pragmatique. © Citroën

Monter à bord du Citroën C5 Aircross, c’est passer dans un tout autre univers. Hormis son minois atypique, le SUV des chevrons (lancé en 2019) est moins spectaculaire que son cousin comme en témoigne son poste de conduite à l’agencement plus classique mais pas déplaisant pour autant. C’est rassurant aussi côté ergonomie, de quoi trouver plus facilement ses repères que dans le 3008. Autre atout du Citroën, il dispose à la place d’une classique banquette arrière de trois sièges individuels qui peuvent coulisser sur 15 cm. Ce joker, digne d’un monospace, permet de partager l’espace en fonction de ses besoins, soit en faveur des passagers, soit pour charger plus de bagages avec un volume de coffre (certes amputé de l’espace sous le plancher sur ces deux versions hybrides à cause de la batterie) plus généreux que celui du Peugeot (de 350 à 440 dm3 pour le Citroën contre 340 dm3 au 3008).

Mais il y a une contrepartie. Au-delà d’une assise trop courte, les passagers arrière du C5 Aircross devront composer avec une espace aux jambes un poil moins généreux qu’à bord du Peugeot qui affiche pourtant 5 cm de moins en longueur (4,45 m contre 4,50 m). Mais ce n’est pas sur ces prestations, finalement assez proches et qui dans les deux cas feront le bonheur d’une famille, que ces deux cousins sont vraiment différents. Tout se passe sur la route…

Du dynamisme ou du moelleux ?

Les clichés ont la peau dure et ce n’est pas le Peugeot 3008 et le Citroën C5 Aircross qui vont démentir ceux collant à Peugeot et Citroën. Réputé pour la qualité de la tenue de route de ses créations, le lion n’a pas failli avec son SUV. Étonnamment agile et précis, doté d’une direction qui permet au conducteur de bien sentir ce qu’il se passe et pour ne rien gâcher plutôt confortable, le 3008 fait figure de référence absolue dans sa catégorie. Notez que comme son cousin de chez Citroën, il dispose en hybride d’un train arrière multibras spécifique. A cette botte secrète technique, le C5 Aircross en ajoute une autre. Il dispose d’amortisseurs à butée hydraulique dont la tâche est de gommer les défauts de la chaussée comme qui rigole.

Le Peugeot 3008 joue la carte du dynamisme.
Le Peugeot 3008 joue la carte du dynamisme.© Peugeot

Vous l’aurez compris, le stéréotype de la Citroën façon tapis volant, on est en plein dedans. Moelleux à souhait, le SUV chevronné berce ses occupants comme aucun autre. Le roi du confort c’est lui. Mais, à conduire, même s’il ne tombe pas dans la caricature des Citroën d’antan dont les mouvements de caisse pouvaient agacer à l’accélération (cabrage) au freinage (plongée) et en virages (roulis), le C5 Aircross est loin de donner autant de plaisir que son cousin. Plus pataud, ce qui n’est pas qu’une vue de l’esprit puisqu’il pèse plus lourd (1 862 kg contre 1 770 au 3008 sur notre balance « perso »), présentant une assistance de direction trop importante, il ne donne pas autant confiance au volant, notamment pour bien percevoir les limites d’adhérence sur route sinueuse. Pas de quoi en faire un drame dans l’absolu et du coup, chacun choisira son camp en fonction de ses goûts et attentes automobiles.

Des performances quasi identiques…

Il y a deux façons d’apprécier des hybrides rechargeables. La première, c’est évidemment leur capacité à pouvoir évoluer en mode 100% électrique, donc tout en silence, grâce à leur grosse batterie. Selon nos mesures, le rayon d’action proposé par les 3008 et C5 Aircross suffira largement aux besoins quotidiens de la plupart des conducteurs avec une autonomie oscillant, en fonction du type de parcours, à minima entre une petite trentaine de kilomètres (autoroute) et plus de 40 en ville. Bref, il est possible, en prenant soin de faire le plein de kilowatts en les branchant, de ne pas consommer le moindre litre de « super » lors des trajets boulot-maison. Notez que sur une prise domestique, il faut compter un peu plus de 7h de temps de charge.

La seconde raison de se réjouir, c’est que ces deux SUV offrent de bonnes performances notamment en reprises assurant ainsi des dépassements sereins. Toutefois, face au chrono, le 3008 est le plus tonique des deux. L’explication est à chercher par son quasi quintal de moins sur la balance (1 770 kg contre 1 862 kg au C5 Aircross selon notre balance). En contrepartie, le SUV Citroën fait preuve d’un peu plus de douceur à l’usage avec des coupures/redémarrages plus doux de son moteur thermique.

…et des défauts communs

Au chapitre des critiques, ces deux SUV souffrent d’une réponse de la pédale de frein loin d’être parfaite. En effet, sur les hybrides rechargeables, chaque décélération entraîne un freinage régénératif (sensation de frein moteur) afin de récupérer de l’énergie. Le hic vient que lorsque l’on a besoin de s’arrêter, le toucher de la pédale de frein est bizarre. Pourquoi ? C’est le résultat de la difficile transition entre ce ralentissement « régénératif » et le freinage par friction (action mécanique sur les disques). Manque de mordant, toucher spongieux, le tout réclame un temps d’accoutumance. Mais au-delà de ce point de détail, il faudra méditer sur le fait de choisir ces deux SUV en hybride rechargeable pour une autre bonne raison…

Economiques ? Pas toujours…

En effet, si les hybrides rechargeables font miroiter de belles économies de carburant en permettant de rouler à l’électrique pour les trajets quotidiens, ils ne sont pas si sobres que cela si l’on ne joue pas le jeu de les brancher et plus encore si l’on roule beaucoup. En effet, une fois que l’énergie accumulée dans leurs batteries est faible, les Citroën C5 Aircross et le Peugeot 3008 réclament, selon nos mesures, autour des 8 l/100 km de super en moyenne, et même près d’1 l de plus sur autoroute. Dans l’absolu, ce n’est pas dramatique si vous ne partez pas tous les week-ends à l’autre bout de la France. Mais si vous parcourez plusieurs dizaines de milliers de kilomètres par an, un diesel sera toujours plus économique.

Le Citroën C5 Aircross est plus axé confort que le Sochalien.
Le Citroën C5 Aircross est plus axé confort que le Sochalien.© Citroën

Dans l’idéal et afin de ne pas être déçu, le mieux est que vous pesiez le pour et le contre (avec une calculette) en fonction de vos besoins d’autant qu’à l’achat, ces deux français réclament aussi un budget conséquent. Comptez 39 950 € minimum pour le Citroën et 44 300 € (!) pour le 3008 qui par ailleurs peut aussi s’apprécier en quatre roues motrices (300 ch) avec un moteur électrique supplémentaire sur l’essieu arrière mais à prix d’or (51 950 € minimum).

L’écart de prix du 3008 avec le C5 Aircross ne s’explique pas par une dotation nettement plus riche dans le SUV du lion mais plutôt une conséquence de son carton commercial qui a conduit Peugeot a prendre « la grosse tête » côté tarifs. Notez que ces tarifs s’entendent hors bonus CO2 de 2000 €, rabais consenti pour les PHEV de moins de 50 000 € jusqu’à la fin de l’année 2020.



Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *