La nouvelle Fiat 500 électrique face à la Renault Twingo Electric

La nouvelle Fiat 500 électrique face à la Renault Twingo Electric

En plus des versions 3 portes et cabriolet, une nouvelle carrosserie s’ajoute aujourd’hui à la gamme de la seconde génération de Fiat 500, la 3+1. Avec son accessibilité améliorée par l’apport d’une porte antagoniste côté droit, elle espère séduire ceux qui la trouvaient difficilement utilisable au quotidien, avec des enfants par exemple. La Renault Twingo, maintenant disponible en version 100% électrique comme sa rivale, semble être la cible toute désignée de la petite italienne.

Plébiscitée pour son style craquant, la précédente Fiat 500 (toujours en vente avec des motorisations thermiques) n’a par contre jamais vraiment fait l’unanimité en matière d’aspects pratiques. La nouvelle compte bien changer la donne et propose pour cela une toute nouvelle carrosserie, la 3+1. Pour ne pas dénaturer la ligne de son pot de yaourt, Fiat a opté pour une solution originale, déjà vue sur l’ancienne génération de Mini Clubman ou sur la Mazda RX-8 : une porte arrière antagoniste côté droit qui lui permet de conserver les mêmes dimensions que la version 3 portes mais de gagner grandement en accessibilité. Garder un look de 3 portes tout en offrant les bénéfices d’une voiture dotée de davantage d’ouvrants, c’est aussi la philosophie de la Renault Twingo, qui n’en compte pas 4 comme la 500, mais bien 5. Laquelle des deux en offre réellement le plus ?

La Twingo ZE conserve la palme des aspects pratiques

Avec sa quatrième porte dissimulée, la 500 3+1 est censée faciliter l’accès à sa banquette arrière avec une ouverture plus large de 44 cm. Mais pour profiter de ce bonus rendu possible grâce à l’absence de montant central, il sera nécessaire d’ouvrir au préalable la portière avant droite. C’est le prix à payer pour que le battant antagoniste soit dissimulé au mieux dans la carrosserie ! Avec ses 5 vraies portes, la Twingo conserve donc un petit avantage. Dans les deux cas, l’espace est plus que correct à l’avant mais réduit à l’arrière et le coffre à peine suffisant pour transporter les courses de la semaine. La française se démarque avec ses rangements plus nombreux (dont un caché sous les sièges arrière) et une modularité plus poussée. À partir du 3ème niveau de finition par exemple, le siège passager avant est rabattable, ce qui permet de charger des objets longs de plus de 2 mètres. Pas mal pour une voiture de seulement 3,62 m de long… Avantage à la Twingo sur ce point.

La Renault reste très classique. © Etienne Rovillé

Une Fiat 500 plus charismatique

Vous connaissez l’adage : les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas. Avec ses roues aux quatre coins et son allure joviale, la Renault attire en général la sympathie. Mais du côté Fiat, on peut compter sur le charme du néo-rétro pour séduire. Résolument plus moderne sans pour autant renier ses gênes, la nouvelle 500 a tous les atouts dans sa manche pour faire un carton. En outre, les possibilités de personnalisation seront plus poussées sur l’italienne, que ce soit à l’extérieur ou à l’intérieur. À bord justement, toutes deux présentent bien, mais là aussi, la Fiat 500 marque le pas avec une présentation plus mature et plus moderne. Sur les finitions hautes, le grand écran tactile de 10,25 pouces est appréciable.

La présentation épurée de la 500 est plus aguicheuse que celle de la Twingo. © FiatLa Twingo reste très classique. © Etienne Rovillé

L’atout autonomie ou l’atout prix

Sur le plan technique, la Fiat 500 3+1 fait appel à un moteur électrique délivrant l’équivalent de 118 ch. C’est plus que la Twingo et ses 82 ch. Résultat, des performances annoncées supérieures pour la 500 avec une vitesse maximale de 150 km/h (135 km/h pour la Twingo) et un 0 à 100 km/h en 9 s (12,9 s pour sa rivale au losange). Plus grosse, la batterie de la Fiat (42 kWh) permettrait également d’atteindre une autonomie bien supérieure. Comptez 320 km en cycle mixte (norme WLTP) et jusqu’à 460 km en ville. De quoi, sur le papier, tenir plusieurs jours d’utilisation urbaine sans recharge. Nous me manquerons pas de vérifier ces dires avec notre protocole de test certifié ISO 9001.

La Twingo (22 kWh), elle, devait en principe atteindre 180 km en cycle mixte et 270 km en ville… tablez plutôt sur 160 km en ville et seulement 128 km sur route, d’après nos mesures. C’est peu mais encore suffisant pour une utilisation quotidienne. Et elle a pour elle son prix imbattable, car elle est, pour le moment, le véhicule électrique le moins cher du marché. Disponible à partir de 21 350 € (hors bonus), elle rend plus de 8 000 € à la Fiat 500 3+1 qui démarre à 29 500 € avant aide de l’Etat ! Il existe tout de même une autre version avec une puissance et une batterie (95 ch et 23,7 kWh) plus proches de celles de la Twingo, dont le prix est aussi plus contenu (24 500 € avant bonus). Revers de la médaille, elle n’est disponible que sur la version 3 portes et pas sur le modèle 3+1. Entre prix et prestations, il faut choisir !



Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *