Audi e-tron GT : comparatif entre la nouvelle berline électrique et la Tesla Model S

Audi e-tron GT : comparatif entre la nouvelle berline électrique et la Tesla Model S


Longtemps seule au monde sur la planète de la voiture électrique haut de gamme, Tesla l’est de moins en moins. BMW, Mercedes, Porsche, Jaguar ou encore Audi ont déjà lancé la riposte et cette offensive va s’étendre. Preuve en est avec la séduisante e-tron GT Quattro qui a directement dans son viseur la Model S, laquelle, hasard du calendrier, vient d’être restylée. Quelles qualités met en avant la berline aux anneaux ? Sur quels points l’Américaine peut-elle faire la différence ? Un match s’impose

Design : l’effet nouveauté de l’Audi e-tron GT

Les américains ont souvent le « waouh » facile, comprenez l’enthousiasme… qui manque parfois de sincérité. Mais, en cette fin de mois de novembre 2018 devant le stand Audi sur le salon de Los Angeles, l’impression n’est pas feinte devant le concept-car qui vient d’être dévoilé. Large, bas, long et 100% électrique, l’e-tron GT concept annonce le futur modèle de série… que vous avez sous les yeux. En effet, comme le nom qui a quasiment été repris tel quel, la carrosserie de cette berline taille basse, cousine technique de la Porsche Taycan, est identique au prototype. Spectaculaire, cette allemande l’est avec un profil musclé (1,93 m de large hors rétros) et trapu (1,41 m de haut) qui permet de masquer un empattement XXL (2,90 m) et une longueur quasi identique à la Tesla Model S (4,99 m soit 2 cm de plus que l’Américaine). Si on vous laisse juge du coup de crayon des designers de la marque aux anneaux, il est certains que l’e-tron GT Quattro fait plus fraîche que la grande berline californienne. Et pour cause ! La Model S a de la bouteille puisque son lancement remonte à 2013 ! Et ce n’est pas les quelques légers changements opérés à l’occasion de son second restylage (le premier date de 2016) qui vont atténuer ses rides. Hormis des retouches sur le bouclier ou les jantes, il n’y a pas grand-chose à signaler. Pour lui donner une seconde jeunesse et – une fois de plus – créer le buzz, Tesla a préféré mettre le paquet à bord …

Habitacle : Le coup du volant de Tesla

Des voitures très bien finies, à l’agencement rigoureux, bref, en un mot, sérieuses : voici le stéréotype qui colle aux Audi et que cette e-tron GT Quattro applique à la lettre. En ouvrant la portière (dénuée d’encadrement de vitre comme celle d’un coupé) via une poignée de porte classique et non, marotte de Tesla, escamotable, les clients découvriront un univers pas surprenant mais rassurant. Entendez par là que pour sa berline 100% électrique, Audi n’a pas cherché, comme le constructeur américain, à faire dans le spectaculaire. Console centrale orientée vers le conducteur habillée d’une dalle multimédia de taille raisonnable (10,1 pouces) secondé par l’écran compteur (12,3p.) mais pas d’un troisième en partie basse comme les SUV e-tron, volant à méplat ou encore emplois de « vrais » boutons pour commander de nombreuses fonctions dont la climatisation, l’e-tron GT ne surprend certes pas mais elle n’effraiera pas non plus. Entendez par là que c’est à l’inverse ce que l’on pourra reprocher au nouveau poste de conduite de la Tesla Model S et pas qu’un peu. Non content d’avoir cassé les codes du genre avec l’emploi d’un écran tactile géant (17 pouces sur le nouveau modèle) qui commande tout ou presque à bord et placé pour ce nouvel opus non plus à la verticale mais à l’horizontale (sans oublier un écran placé au centre pour les passagers arrière), le constructeur américain a trouvé un nouveau filon pour faire le buzz : s’attaquer au bon vieux volant. Vous vous souvenez de KITT, la Pontiac FireBird de la célèbre Série K2000 ? Et bien, c’est exactement, sur la forme, le nouveau cerceau ou plutôt ce qui ressemble à une tête de taureau, de la Model S. S’il nous tarde de vérifier ce que cela va donner à l’usage car, à priori, ce volant inédit, baptisé « Yoke » va bien passer l’homologation, il confortera les fans de la marque qui veulent rouler différent. Au-delà de cette facétie, espérons que Tesla ait enfin progressé sur la réalisation de ses voitures avec des matériaux et une finition digne des tarifs pratiqués. Enfin, si l’Américaine mise sur la fantaisie pour séduire, il ne faut pas oublier des qualités plus pragmatiques avec des places arrière très accueillantes et un duo de coffres très généreux. S’il est difficile de comparer les volumes annoncés car la méthode de mesure diffère entre l’Europe et les USA (405 litres annoncés à l’arrière pour l’Audi, 793 litres pour la Tesla), la Model S dispose contrairement à l’Allemande d’un pratique hayon. Cette dernière devrait aussi proposer une banquette moins accueillante avec son pavillon plus bas perché, conséquence de sa silhouette très travaillée. On ne peut pas tout avoir…

Technologies : Le dynamisme à l’Audi, les chiffres à Tesla

Comme vous le savez, Audi fait partie de la (très) grande famille du groupe Volkswagen. Du coup, l’e-tron GT n’est autre que la cousine technique de la Porsche Taycan avec le partage d’une plateforme mais aussi de technologies communes et non des moindres. Outre le fait de pouvoir disposer d’une suspension pneumatique à trois chambres (laquelle est aussi employée chez Bentley) permettant de marier confort de haut de vol et dynamisme, l’Allemande profite aussi d’un amortissement piloté de série. Et ce n’est pas tout. En plus de disposer de quatre roues motrices, avec, un petit moteur électrique à l’avant (de 175 kW) et un plus gros à l’arrière (320 kW pour la version GT et 345 kW pour la RS), l’e-tron pourra recevoir, en option sur les deux versions, des roues arrière directrices. C’est un bel atout sur route sinueuse, un terrain sur lequel des autos de ce gabarit et de ce poids (vraisemblablement plus de deux tonnes ou tout près dans les deux cas) peuvent être mal à l’aise. Reste à savoir si l’Audi sera aussi dynamique à mener que sa cousine de chez Porsche (avec laquelle elle partage aussi une transmission à deux rapports à l’arrière) qui nous a totalement bluffé. Si elle ne bénéficie pas du même attirail technique, la Tesla Model S devrait déjà proposer des prestations de haut vol à même de contenter la plupart des automobilistes tout en annonçant, pour le modèle revisité, des performances encore plus exceptionnelles que l’e-Tron GT dans sa définition RS la plus épicée. Ainsi, l’Américaine accélérerait encore plus fort (0 à 100 km/h en 2,1 secondes pour la version Plaid contre 3,3 secondes au mieux pour l’e-tron RS). Mais, entre nous soit dit en passant, est-ce que ces chiffres riment encore à quelque chose ? Fort en annonce, Tesla annonce même une version Plaid+ revendiquant 322 km/h en vitesse de pointe (!!!) et 834 km d’autonomie, en sachant que les deux propositions les plus performantes seront dotés de trois moteurs électriques (nouveaux) dont deux à l’arrière permettant sur le papier de renforcer l’agilité en courbe. Seuls les essais permettront de réellement les départager.

Autonomie : urgent d’attendre pour la Tesla Model S

Une annonce et tout s’emballe. Comme une célèbre marque à la pomme, Tesla est passé maître dans l’art de faire le buzz et il n’en faut pas plus pour que les informations annoncées soient relayées sans aucun recul. Si l’on prend les chiffres d’autonomie annoncés par le constructeur américain pour sa nouvelle Model S, avec, selon les versions une autonomie annoncée entre 628 et 837 km, sachez que ces valeurs sont celles de l’homologation américaine EPA, moins sévère que la WLTP. Il est donc urgent d’attendre les chiffres d’homologation pour notre marché même s’il y a fort à parier que grâce à sa nouvelle batterie et des améliorations technologiques diverses (adoption entre autres d’une pompe à chaleur également livrée avec l’Audi), l’Américaine revendique une belle autonomie. Sachez que celle annoncée par Audi pour ses e-tron est également conséquente grâce à une batterie lithium-ion de 93 kWh (dont 86 utilisables) haute tension autorisant un rayon d’action de 472 km pour la puissante RS (598 ch) et 488 pour la version GT (476 ch). Notez que comme la Model S, l’Allemande pourra bien évidemment faire le plein sur un super-chargeur (réseau Ionity) avec une puissance maxi supérieure (jusqu’à 270 kW contre 250 à la Model S). Enfin, en attendant d’avoir des informations complémentaires sur l’Américaine, l’Audi est la seconde voiture du marché à adopter une batterie haute tension (800V) ce qui permet notamment de charger plus rapidement. Il y a fort à parier que la marque américaine, très (et trop) avare en informations, ait aussi opté pour ce choix technologique quasi incontournable pour supporter de grosses puissances de charge.

Tarif : sans surprise, une Audi e-tron GT plus chère

Même s’ils pourront évoluer d’ici la commercialisation, Tesla annonce sa nouvelle Model S à partir de 89 990 € pour la version Grande Autonomie. C’est 10 000 € de moins que pour la moins chère des e-tron, en l’occurrence la GT affichée à partir de 101 500 €. Une sacrée différence qui pourrait s’accentuer quand on connaît le talent du constructeur aux anneaux pour proposer un interminable catalogue d’options. Les débats ne s’équilibrent pas pour les versions axées sur la haute performance avec une Audi RS e-tron Quattro à partir de 140 700 € quand Tesla propose sa Model S Plaid à 119 990 €. Reste à savoir si parler de prix est vraiment un problème pour ceux qui peuvent investir de telles sommes dans une voiture. Enfin, sachez que la fantasmagorique Plaid+ qui revendique des chiffres exceptionnels (837 km d’autonomie/322 km/h en pointe et plus de 1 100 ch…en crète) est déjà au tarif (139 990 €) mais que les livraisons (attendues à la fin de l’été pour les autres versions) ne sont pas prévue avant 2022.

Bilan entre l’Audi e-tron GT et la Tesla Model S

Si Tesla garde l’image d’un précurseur en matière de voitures électriques avec ses fans, cette Audi e-tron GT Quattro (et la version RS) a largement de quoi lui chiper des clients souvent avides d’avoir dans le garage la dernière nouveauté. Il faudra attendre la fin 2022 et le bilan d’une année pleine de commercialisation pour vérifier si le constructeur aux anneaux a réussi son pari et si Tesla est toujours la marque référence dans le haut de gamme 100% électrique.

 



Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *