Le lion a-t-il perdu sa poule aux oeufs d'or ? - Automag.fr

Le lion a-t-il perdu sa poule aux oeufs d’or ?

 


C’est LA grosse nouveauté du moment, et sans doute le véhicule le plus important de la gamme Peugeot : le nouveau 3008. Après une seconde génération qui aura connu un gros succès commercial (et critique), Peugeot renouvelle son SUV du segment C (longueur : 4,54 m). Et plutôt que de se contenter d’une simple mise à jour, le lion a décidé de repartir d’une feuille blanche. Au programme : introduction d’une toute nouvelle plate-forme (la STLA médium), nouveau style fastback, habitacle qui en met plein la vue, et pour la première fois dans l’histoire du modèle l’arrivée de motorisations 100 % électriques. Après l’avoir découvert en statique en septembre dernier, nous nous sommes cette fois-ci glissé derrière le volant du nouveau Peugeot 3008, en version électrique. Notre essai du Peugeot E-3008, dans sa version traction 210 ch, batterie 73 kWh. 

Le nouveau Peugeot E-3008, en version GT.

Un look plus expressif (trop ?) pour le nouveau Peugeot E-3008

C’est incontestable : à sa sortie, l’ancienne génération de 3008 avait mis une grosse claque à la concurrence. Le coup de crayon était incontestablement réussi, et il traversé les années sans vraiment vieillir, surtout avec le réussi restylage de mi-carrière. Au lieu de capitaliser sur cette ligne, le nouveau 3008 a décidé de s’affranchir (en bonne partie en tout cas) de cet héritage. Exit donc le caractère « BCBG » de l’ancien opus, certes valorisant, mais pas très démonstratif. À la place, le nouveau 3008 lui préfère une ligne plus expressive, en commençant par son profil.

Le lion a-t-il perdu sa poule aux oeufs d'or ? - Automag.fr

Un profil fastback, et pas coupé

« Fastback, mais pas coupé ». Peugeot le clame : le nouveau 3008 n’est pas un SUV coupé, mais un SUV fastback. Une différence que le Lion justifie par sa volonté de ne pas sacrifier l’habilité aux places arrières, et plus particulièrement la garde au toit. Il suffit de le regarder pour s’en convaincre : la ligne de coupe débute « après » les passagers arrières. Cela se ressent également à la forme des portes arrières, similaire à celle de l’opus précédent. En parlant de coupe, la lunette arrière type Fastback se termine de façon abrupte, avec un hayon droit comme la Justice, et une lunette arrière réduite à portion congrue.

Le lion a-t-il perdu sa poule aux oeufs d'or ? - Automag.fr

Une auto plus démonstrative (trop ?)

Contrairement à l’arrière (pour le moins massif), le profil du Peugeot E-3008 se veut plus épuré. En témoigne la suppression des décors chromés, et des lécheurs de vitres. Le caractère « baroudeur » de l’ancienne génération est (lui aussi) en bonne partie gommé. Un exemple parmi d’autres : les plastiques « bruts » sont remplacés par des éléments peints en noir brillant, qui font tout le tour de l’auto.

À l’avant, impossible de louper la nouvelle calandre (qui n’a d’ailleurs de calandre que le nom, puisque la face avant est quasiment intégralement fermée). S’étalant sur toute la largeur de la…

Lire la suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *