La Renault 5 E-Tech Electric peut-elle inquiéter le Tesla Model Y ? - Automag.fr

La Renault 5 E-Tech Electric peut-elle inquiéter le Tesla Model Y ?

Point d’orgue de la Renaulution, star du Salon de Genève (d’une édition, il est vrai, peu riche), sans doute l’une des nouveautés les plus attendues de 2024 – si ce n’est la plus attendue, la Renault 5 E-Tech Electric de son nom complet est déjà dans toutes les bouches. Pour sa première mondiale, elle a eu le droit à une couverture médiatique dont peu de modèles peuvent se targuer en France, et même en Europe. Interrogé par nos confrères d’Automotive News Europe, le dirigeant de la marque Renault Fabrice Cambolive a même partagé un chiffre qui en dit long sur la réussite de ce modèle avant même qu’elle soit commercialisée, quelques 50 000 personnes se seraient déjà inscrites sur liste d’attente pour en faire l’acquisition. Alors, condamnée au succès cette R5 ? 

Carton quasiment assuré en France

Il est toujours difficile de se prononcer sur la réussite commerciale d’un véhicule avant même qu’il ait été lancé mais la R5 part avec de sérieux arguments dans la course à la démocratisation de l’électrique. Au premier desquels le fait, qu’à l’instar de la Citroën ë-C3, elle va apporter sa pierre à l’édifice en étant proposée à des tarifs enfin corrects. 25 000 € minimum, c’est ce qu’a promis Renault, cela représente certes toujours une somme pour une voiture de cette taille mais on peut enfin dire sans vergogne que les modèles zéro émission font leur possible pour se rendre plus accessible. Rappelons qu’une Renault Zoé démarre actuellement au-dessus des 35 000 €. 

Nous aurons bientôt l’occasion de revenir plus en détail sur ce point mais le duel R5 vs Citroën ë-C3 promet d’être très serré avec, d’une part, un véhicule aux alentours de 25 000 € avec une batterie de 40 kWh et une autonomie de 300 km pour une puissance de 95 ch et, de l’autre, une rivale aux Chevrons à 23 300 € avec une batterie de 44 kWh donnée pour 320 km d’autonomie mais plus puissante car développant 113 ch. Cette dernière aurait déjà également séduit le public mais pas dans les mêmes proporitions. Avec 10 000 réservations en l’espace de quelques jours, la ë-C3 est loin derrière sur le papier. 

En France, la suprématie du Tesla Model Y, première vente électrique en 2023, pourrait bien être contestée. Des prix plus bas, un bonus garanti sans nul doute quelle que soit la version, une bouille qui semble recueillir les faveurs du public, elle devrait à tout le moins lui mener la vie dure. 

Et ailleurs ?

A l’échelle du continent européen, les choses devraient être un peu plus difficiles. Si Luca de Meo, patron du groupe, a décidé de dégainer la carte nostalgie comme il l’avait fait non sans succès pour la Fiat 500 lorsqu’il travaillait pour la marque dans les années 2000, la R5 peut-elle se targuer d’avoir l’aura du pot de yaourt italien, connu vraiment de tous les Européens ? Pas certain. 

En outre, le Model Y a pris une avance considérable sur la concurrence. 50 000 réservations, c’est…

Lire la suite de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *