Pouvons-nous conduire après en avoir consommé du CBD ? - Automag.fr

Pouvons-nous conduire après en avoir consommé du CBD ?

Pouvons-nous conduire après en avoir consommé du CBD ?

11 janvier 2022

La consommation de cannabidiol (CBD) a été autorisée en Europe par un arrêté de la Cour de Justice de l’union européenne datant de novembre 2020. Très à la mode, la consommation de CBD est de plus en plus fréquentes et les magasins spécialisés de plus en plus implantés. Quels sont les effets du CBD sur la conduite ? Est-ce considéré comme une conduite sous l’emprise de stupéfiants ? Réponses dans cet article !

Qu’es-ce que le CBD ?

Le cannabidiol (CBD) est issu de la feuille de chanvre. Le CBD est autorisé en France, car il n’a pas d’effet psychotrope sur le cerveau contrairement au THC.

La consommation de CBD est encadrée et sa commercialisation doit respecter certaines conditions :

  • le CBD doit être fabriqué à partir de variétés de chanvre autorisé et ayant une teneur en THC inférieure à 0,2 %,
  • il est interdit de revendiquer les propriétés thérapeutiques,
  • les produits CBD doivent être fabriqués à partir des fibres ou des graines de la plante (les feuilles ou fleurs de chanvre sont interdites).

Le CBD a des vertus anti-anxiolytiques et anesthésiantes. Il peut être utilisé pour apaiser la douleur ou encore réduire le stress et l’anxiété.

CBD : quels effets sur la conduite ?

Les effets de la consommation de CBD sont très rapides et peuvent durer plusieurs heures. D’une personne à l’autre, le CBD peut provoquer des migraines, de la fatigue, des vertiges ou encore des nausées. Par ailleurs, la relaxation provoquée par le CBD engendre un relâchement des muscles et une baisse de la concentration ce qui augmente le risque d’accident. En cas de forte dose, il est fréquent d’être dans un état de somnolence.

Les effets du CBD peuvent donc altérer la conduite et provoquer des accidents de la route. Il est fortement conseillé de ne pas prendre le volant après avoir consommé du CBD et d’attendre six à sept heures avant de conduire.

CBD : que risque-t-on en cas de contrôle ?

Le CBD est limité à une teneur de 0,2 % de THC pour être vendu. Cette norme a été fixé au niveau européen, cependant, la législation française n’a pas encore mis en place un taux de THC limite contrairement à l’alcool au volant.

En cas de contrôle, ce taux de THC est détectable, un test salivaire peut donc être positif à la suite d’une consommation de CBD.

Des consommateurs de CBD sont déjà poursuivis pour conduite sous l’emprise de stupéfiants à la suite d’un dépistage positif.

Pour rappel, la conduite sous l’emprise de stupéfiants est un délit passible des sanctions suivantes :

  • retrait de 6 points sur le permis de conduire,
  • amende pouvant aller jusqu’à 4 500 euros,
  • une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 2 ans,
  • suspension du permis de conduire pouvant aller jusqu’à 3 ans.

Attention : lors de la première année de la période probatoire, la perte de 6 points de permis peut directement invalider le permis de conduire. Les jeunes conducteurs doivent donc être davantage prudents face au CBD au volant pour éviter de perdre le permis.

Le Conseil Constitutionnel a récemment été saisi pour clarifier le statut du CBD et la notion de stupéfiant au niveau de la législation.

En attendant, vous devrez choisir entre le CBD ou la conduite !



Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *