Les maires bientôt autorisés à installer des radars sans accord du Préfet

Les maires bientôt autorisés à installer des radars sans accord du Préfet

16 novembre 2020

Le Premier Ministre a émis l’idée de simplifier l’installation des radars fixes dans les communes. Ainsi, les maires pourront choisir d’installer des radars automatiques sans avoir l’accord du Préfet. La proposition de loi sera présentée devant l’Assemblé Nationale, le 17 novembre 2020.

Vers une augmentation des radars sur la route ?

La mise en place des radars fixes de contrôle de la vitesse sur les routes est aujourd’hui décidée par les Préfets sur différents critères d’accidentologies et sur les infrastructures routières avec le Départements des Territoires (DDT).

Avec cette proposition de loi que soutient le Premier Ministre, Gérald Darmanin, les maires pourront installer des radars sans autorisation du Préfet.

Cette proposition de loi prend également en compte le contrôle du bruit et de la pollution.

Selon le maire de Nevers dans le Nièvre, Denis Thoriot (LaREM) :« mon ambition n’est pas de mettre des radars fixes partout afin de piéger les gens. Il s’agira d’abord de réfléchir s’il y a besoin ou non d’en installer, en y associant la population. Et si oui, définir où est-ce qu’on les implante à travers des réunions publiques ».

Du côté des automobilistes, l’inquiétude est l’objectif de cette proposition : faire du chiffre ou assurer la sécurité routière sur certaines portions de route ?

Un radar coûte entre 90 000 et 135 000 euros

L’installation d’un radar coûte cher. Selon un rapport parlementaire datant de 2014, un radar coûte entre 90 000 et 135 000 euros.

Un élément qui pourrait freiner plusieurs communes, car un radar installé à leurs initiatives est à leur charge.

Beaucoup de maires espèrent une subvention pour la mise en place de radars dans leurs communes.

Une partie des recettes des radars revient déjà aux villes. En 2018, 171,3 millions d’euros des recettes des radars ont été distribués aux collectivités territoriales, soit 100 millions de moins par rapport à 2017. Suite aux différents mouvements sociaux et à la crise sanitaire, les recettes des radars ont bien diminué ces dernières années.

Le radar « ce n’est pas la solution à tout »

Yves Carra, porte-parole de l’Automobile club association a déclaré dans une interview RMC : « si on comprend ce que dit Gérald Darmanin, cela veut dire que les radars sont la solution à la Sécurité routière. Nous, ce n’est pas du tout notre opinion. On s’occupe de la sécurité routière depuis plus de 120 ans et on est plus pour la prévention et la formation. Donc non, les radars ne sont pas la solution pour la sécurité routière. Parce que ça voudrait dire qu’en mettre partout permettrait de tout résoudre ».

Même si la mise en place des radars a permis de sauver de nombreuses vies depuis des années, ils ne sont pas la solution à toutes les problématiques de sécurité routière.

La vitesse est depuis des années la première cause de mortalité sur la route malgré près de 4 700 radars sur les routes de France, la répression doit donc être accompagnée d’une prévention et d’une formation importante pour fonctionner.



Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *