En 2019, le nombre de morts sur les routes françaises est en légère baisse

En 2019, le nombre de morts sur les routes françaises est en légère baisse

6 février 2020

Avec 3 239 décès comptabilisés sur les routes de France métropolitaine en 2019, le chiffre de la mortalité routière a très légèrement baissé par rapport à l’année précédente, selon les chiffres provisoire de l’Observation National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR).

En effet, cela représente neuf décès de moins qu’en 2018, soit une baisse de – 0,3 %. Ce samedi 1er février, le Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner s’est félicité d’un « chiffre historiquement bas ».

Une baisse de 0,3 % en France Métropolitaine

L’an dernier, le nombre d’accidents corporels a aussi diminué de – 1,1 %, de même que le nombre de personnes blessées dans des accidents de la route qui a baissé de – 0,6 %. En revanche, du côté des cyclistes, 184 ont perdu la vie en 2019 en métropole, soit neuf de plus que l’année précédente.

Par ailleurs, 11 décès en trottinette, électrique ou non, ont été recensés. Cette mesure était prise en compte pour la première fois en France.

Le gouvernement estime cependant qu’il s’agit de bons résultats. « Ces chiffres sont historiques, mais ils sont le résultat d’une politique volontariste », a assuré le Ministre de l’Intérieur au moment de la divulgation de ces chiffres. Il estime que la mise en place de la limitation à 80 km/h au lieu de 90 sur les routes secondaires n’est pas étrangère à ces résultats.

Mortalité routière sur les 10 dernières années
Année
Nombre de morts
2009
4273 morts
2010
3992 morts
2011
3653 morts
2012
3653 morts
2013
3268 morts
2014
3384 morts
2015
3461 morts
2016
3477 morts
2017
3448 morts
2018
3248 morts
2019
3239 morts
Une augmentation de 5,8 % dans les territoires d’Outre-Mer

Dans les territoires d’outre-mer, où la limitation à 80 km/h n’est pas systématiquement appliquée, la mortalité sur les routes a augmenté de +5,8 % avec 254 décès enregistrés en 2019.

Les autres indicateurs sont également en hausse. Ainsi, en Outre-Mer, 2 887 accidents corporels ont été comptabilisés soit +11,6 % par rapport à 2018. Par ailleurs, 3 351 personnes ont été blessées soit + 5,5 % de plus qu’en 2018.

209 vies épargnées entre juin 2018 et juin 2019 grâce au 80 km/h

Suite à la mise en place des 80 km/h, le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (CEREMA) a été mandaté par la Délégation à la sécurité routière pour réaliser, sous les directives de l’ONISR, l’évaluation de l’impact de cette mesure.

Selon l’ONISR, en comparaison aux 5 dernières années, 209 vies ont été sauvés suite à la mise en place des 80 km/h sur les routes secondaires.

25 départements souhaiteraient revenir aux 90 km/h

Pourtant, certains départements remettent en cause la mesure des 80 km/h sur les routes secondaires. Grâce à une dérogation prévue dans la loi, ces collectivités sont « libres de décider », a glissé le Ministre de l’Intérieur. Ce dernier invite cependant les élus à « à évaluer aussi dans la durée les conséquences » de ce retour aux 90 km/h.

« L’emballement politique et un peu politicien que nous avions connu au moment de la mise en place du 80 km/h n’existe plus, sauf dans quelques départements », a expliqué Christophe Castaner.

Ces « quelques départements » seraient tout de même au nombre de 25 à souhaiter revenir aux 90 km/h, selon un recensement réalisé par l’Agence France Presse (AFP) au mois de décembre 2019.

Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *