Peugeot 205 GTI : Le Sacré numéro fête ses 40 ans - Automag.fr

Peugeot 205 GTI : Le Sacré numéro fête ses 40 ans

Alors au bord de la faillite, Peugeot décide de tout miser en 1983 sur une petite voiture abordable, pas chère et correctement motorisée : la 205. Le succès fut immédiatement au rendez-vous, à tel point que la marque au Lion créa dès l’année suivante un véhicule qui deviendra un mythe de l’automobile française : la Peugeot 205 GTI. 

A l’aube des années 80, Peugeot est tout proche de l’implosion. L’absorption de Citroën à la fin des années 70 passait mal dans l’estomac, et celle de Simca-Chrysler avait tout de l’indigestion. La crise de foie a été évitée de justesse en 1983, avec une petite citadine fiable, robuste, peu chère à entretenir, et techniquement bien née : la Peugeot 205. 

Peugeot ne s’est pas arrêté en si bon chemin et a voulu chasser sur les platebandes de la Volkswagen Golf GTI. Le monde allait voir l’une des oppositions les plus iconiques de toute une génération, avec la Peugeot 205 GTI, en 1984.


Le rouge : la couleur du sport

La 205 GTI était basée sur la version 3 portes. Elle s’offrait des gros boucliers avant et arrière, des antibrouillards longue portée, des jantes Speedline à trous de 14 pouces et des baguettes latérales à liseré rouge. 

Sa dotation extérieure posait le cadre, jusqu’à ringardiser la Golf GTI, de conception plus ancienne. L’équipement à bord était encore plus fourni que chez sa concurrente : sièges sport à motif « Biarritz », moquette rouge, compte-tours électronique, radio K7, direction assistée, volant à deux (puis trois) branches spécifique, et même la climatisation (option) ! 


RETRO - Peugeot 205 GTI : Le Sacré numéro fête ses 40 ans

Son châssis incroyablement joueur et son moteur vivant au possible vont la faire entrer dans la légende. En 1984, la Française avait un 4 cylindres 1.6 de 105 ch sous le capot. Le 0 à 100 km/h était effectué en moins de 9 secondes pour 190 km/h en vitesse maxi. Le moteur était si pêchu qu’il fut plébiscité jusque sur les propres terres de sa rivale teutonne !


RETRO - Peugeot 205 GTI : Le Sacré numéro fête ses 40 ans

Le public l’adopte dès sa sortie, avec 35 522 immatriculations la première année. Elle fait mieux en 1985, avec 49 428 exemplaires sortis des usines de Mulhouse et Poissy. Ajoutez une version cabriolet CTI en 1986, les victoires de Peugeot en Groupe B en 1985 et 1986, et au Paris-Dakar en 1987, et vous avez une voie du succès toute tracée, sans aucun obstacle.

Un seul moteur, plusieurs phases 

Pour poursuivre la bataille acharnée avec Volkswagen, qui venait de riposter avec la Golf II GTI en 1985, Peugeot lui offre 10 ch supplémentaires, pour passer à 115 ch. Les plus mordus de vitesse pouvaient même s’offrir le kit « PTS », poussant le moteur XUJ5 à 125 ch grâce à une nouvelle culasse, un arbre à cames inédit et des soupapes modifiées. Une déclinaison rare qui fait partie des versions les plus recherchées par les amateurs de la ph1. 

Le tour de force de Peugeot a été de rendre le 1.6 obsolète en 1986, avec l’arrivée du XUJ9, le fameux 4 cylindres 1.9 de 130 ch. Ces versions gagnent notamment des freins à disques aux 4 roues. Une nouvelle planche de bord arrive pour le millésime 1989.


RETRO - Peugeot 205 GTI : Le Sacré numéro fête ses 40 ans

Jusqu’à 130 ch : le Graal absolu 

Le restylage de mi-carrière intervient en 1990. La 205 GTI gagne des clignotants blancs, de nouvelles jantes à trous de 15 pouces et au dessin identique à la 309 GTI16, ainsi que des feux arrière fumés. A bord, le volant à trois branches est systématique. Le 1.6 côtoie le 1.9 sous le capot de la sochalienne, avec deux niveaux de puissance : 115 et 130 ch.


RETRO - Peugeot 205 GTI : Le Sacré numéro fête ses 40 ans

Les plus férus de cette bombinette française auront droit à plusieurs séries limitées devenues collector. La plus connue d’entre elles était la Griffe, sortie en 1990.  

Elle recevait une dotation extérieure spécifique. Sa peinture Vert Fluorite, ses liserets chromés, son inscription « Griffe » sur le montant arrière, ou encore ses jantes gris anthracite différencient la Griffe des autres modèles GTI classiques. C’est encore plus significatif à bord. La sellerie en cuir gris Ouragan arbore des surpiqures vertes. La moquette passe du rouge au gris. Un toit ouvrant coulissant et des rétroviseurs dégivrants complètent la dotation intérieure.

Uniquement motorisée par le 1.9 de 130 ch, la 205 GTI de luxe dépassait les 200 km/h en vitesse de pointe, avec 206 km/h annoncés par le constructeur. Cet excellent moteur se voit étouffé par une version catalysée à 122 ch pour sa fin de carrière, en 1994. 

Elle devait être fabriquée à 3.000 exemplaires, dont 1.000 pour le marché français, mais seuls 1.652 d’entre eux, au total, ont trouvé preneur.


RETRO - Peugeot 205 GTI : Le Sacré numéro fête ses 40 ans

En se frottant à son ennemie jurée d’Outre-Rhin, la Peugeot 205 GTI a grillé la politesse à toute la concurrence avec un produit très abouti. La catégorie des bombinettes de sport a ensuite progressivement marqué toute une génération, avec l’arrivée d’une dizaine de concurrentes durant les années 90. Au total, ce sont plus de 330.000 exemplaires tous confondus qui ont été fabriqués entre 1984 et 1994.

La Peugeot 205 GTI reste pour beaucoup un mythe absolu dans l’histoire de l’automobile française, classée comme l’une des meilleures petites voitures de sport des années 80. 

Source de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *