Lexus UX 250 h : un design qui ne laisse pas indifférent

Lexus UX 250 h : un design qui ne laisse pas indifférent

Le Lexus UX 250 h ne passe pas inaperçu: on aime ou on n’aime pas. Son nom rappelle l’usage que l’on fait de l’expérience utilisateur (UX) dans le monde numérique. Un signe ? En tout cas, sa nature hybride ne se dément pas…

Pour ce nouvel opus de la marque, l’appartenance «maison » passe par la large calandre trapézoïdale. Les feux de jour à LED en pointe de flèche au-dessus des phares, les surfaces sculptées proéminentes avec des arêtes vives, et des feux arrière qui courent sur toute la longueur de la malle, participent à cette image affirmée.

Intérieur zen

À l’intérieur, le style épuré de la planche de bord, très zen, avec une instrumentation numérique, tournée vers le conducteur pour rester dans la philosophie du sens de l’accueil à la japonaise prôné par Lexus. On retrouve, comme sur le coupé LC, deux commandes de chaque côté de la casquette qui coiffe l’instrumentation et une petite touche « rétro » avec la pendule analogique près de l’écran du système multimédia placé assez haut et très lisible. La gestion de ce dernier passe par un pad tactile sur la console centrale où il ne faut pas effleurer mais appuyer pour faire passer l’info. Au bout de quelques minutes on prend vite possession de la fonction

Un coffre trop petit

Position de conduite un peu haute, on a de l’espace à l’avant. À l’arrière, il faut trouver sa position et le cinquième passager en position centrale n’a pas la meilleure place. À éviter pour les longs trajets. Mais c’est dans la malle que ce cache la faiblesse du UX : un volume de coffre de 265 l pour un véhicule de 4,50 m, à peine plus grand qu’une citadine. Et même si on peut récupérer 55 l sous le plancher, cela reste faible pour partir à plusieurs avec les bagages. Et avec la version 4 roues motrices, le volume se réduit à 235

Heureusement, il y a le plaisir de conduire

Le démarrage se fait en douceur en douceur avec un nouveau bloc 2L associé à une nouvelle boîte-pont hybride, une nouvelle batterie compacte pour disposer de 184 ch au total. Le moteur thermique délivre jusqu’à 152 ch avec un couple de 190 Nm, le moteur électrique 109 ch avec un couple de 202 Nm.  Une puissance combinée qui permet d’atteindre 177 km/h en vitesse maxi et une accélération de 0 à 100 km/h avalée en 8,5 s pour 92 gr de CO²  ou 101 gr rejeté en version 4 routes motrices.

Les accélérations franches rendent agréable la conduite et la boîte CVT ne « mouline » pas en conservant une bonne insonorisation dans l’habitacle. Dans les grandes descentes, le système hybride peut couper le moteur thermique jusqu’à 115 km/h.

Plus joueur en mode sport

Lorsqu’on passe en mode sport, les sensations sont plus toniques et la vision tête haute de bonne définition permet de se concentrer sur la conduite. L’architecture du châssis contribue aussi au confort et à la tenue de route pour une consommation plus que raisonnable aux environs des 5 L. Il devrait donc retrouver sur sa route le Mercedes GLA, le BMW X1 ou l’Audi Q3

Avec une entrée de gamme à 36 490 €, ce Lexus UX offre une belle entrée dans le monde de l’hybride et un passeport lors des pics de pollution pour rentrer dans les agglomérations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *