des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon

des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon

Le moteur 1.2, monté sur de nombreux véhicules du groupe Renault, est sujet à des cas de casse suite à une surconsommation d’huile, rapporte l’association de consommateurs UFC Que choisir. « Mais Renault, qui ne donne aucune précision quant aux modèles et au nombre de véhicules concernés, reconnaît timidement « quelques sollicitations de clients » et minimise le phénomène », dénonce l’association.

« L’UFC-Que Choisir alerte les consommateurs propriétaires de véhicules Renault, Dacia, Nissan et Mercedes équipés d’un moteur essence 1.2 TCe et 1.2 DIG-t -série Euro 5 de type H5 – d’un grave défaut dont peut être atteint leur véhicule », a indiqué l’association dans un communiqué publié vendredi. De nombreux modèles, et notamment des best-sellers, sont équipés de ce moteur: Clio (voiture la plus vendue en France), Captur, Mégane, Kadjar chez Renault, Duster, Lodgy, Dokker pour Dacia, et Nissan Qashqai, Juke et Pulsar.

Les moteurs concernés ont tendance à consommer trop d’huile, ce qui peut entraîner « une dégradation des soupapes d’échappement et aboutir à une casse moteur », affirme l’association, qui évoque 400.000 véhicules concernés en France et d’autres cas signalés ailleurs en Europe. Le coût des réparations avoisinerait les 10.000 euros par moteur. « Bien que les marques concernées ne puissent nier l’évidence, elles freinent pourtant des quatre fers lorsqu’il s’agit de proposer une prise en charge. Et d’essayer de rejeter la faute sur l’automobiliste pour justifier la surconsommation d’huile », déplore l »UFC.

Renault a répondu dans un communiqué adressé à l’AFP, affirmant que tous les véhicules équipés du moteur TCe A.2 « ne sont pas concernés par ce phénomène ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *